L’Euro n’est pas coupable : 60% du déficit commercial vient de la zone euro

15 février 2013 — 20 commentaires

La responsabilité de l’euro dans le déficit commercial de la France ne résiste pas à l’analyse des échanges français avec ses partenaires de l’Union Monétaire.

La politique et les faits, cela fait deux. Pour montrer le rôle de l’euro dans la piètre performance commerciale de la France, une bonne chose est de regarder les échanges commerciaux à l’intérieur même de l’Union Monétaire. A priori, ces échanges sont immaculés de tout effet négatif attribuable aux taux de change.

Euro BCQuelques chiffres qui font réfléchir sur les 67 milliards de notre déficit commercial :

  • En 2012, la Zone Euro dans son ensemble a enregistré un solde positif de sa balance commerciale, pour plus de 80 milliards d’Euros.
  • Parmi les 16 autres pays membres de la zone euro, la France n’est parvenu à établir un solde positif de son commerce extérieur uniquement avec la Grèce, le Luxembourg, Chypre, Malte et l’Estonie. Voir la carte qui suit et les données dans le tableau ci-contre.
  • Sur l’ensemble de son commerce à l’intérieur de la zone euro, la France a enregistré un solde négatif de 41 milliards d’euros, ce qui représente plus de 60% du total de son déficit.
  • Et n’oublions pas qu’une grande part du reste du déficit étant attribuable aux importations énergétiques, elle est réduite par un euro fort.

Carte BC Euro

20 responses to L’Euro n’est pas coupable : 60% du déficit commercial vient de la zone euro

  1. 

    Bonjour,
    C’est très clair. Cependant selon vous, l’impact de l’effet euro fort sur les 40% restant est minime ou inexistant sur les echanges intra zone euro?

    • 

      Il y a des arguments dans les deux sens.

      – Dans le cas du déficit avec la Chine (déficit de 22 Mds €) cela vient sans doute en grande partie de la manipulation monétaire chinoise
      – Mais pour la facture pétrolière (dans les 60 milliards) l’euro fort nous permet de payer moins cher une ressource que nous sommes de toutes manières forcés d’importer. L’euro fort réduit ici le déficit commercial, car si l’Euro perd disons 20% de sa valeur par rapport au dollars, il faudra payer 70/(100-20)=88 milliards, soit 18 milliards de plus de déficit.

      • 

        Dans le cas de la Chine, ce n’est pas si évident puisque l’Allemagne (qui partage la même monnaie que nous) enregistre des excédents records avec la Chine depuis plusieurs années là où le déficit français ne cesse de se creuser. Le change seul ne peut donc expliquer la dynamique.

  2. 

    C’est plutôt 50-50 selon mes informations. Et la moitié des échanges avec un euro surévalué pour la France, ça compte !

  3. 

    Une question toute bête ? En quoi c’est important comme notion pour le bien être d’une population le déficit commercial ?

    • 

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Balance_commerciale

      Théoriquement la richesse d’une population est lié à la richesse de leur pays.
      le pays s’appauvrit s’il dépense plus que ce qu’il gagne dans les échanges commerciaux.

    • 

      Question toute bête mais très importante Sceptique. La réponse est circonstanciée.

      Un déficit commercial est comme une dette (d’ailleurs il se matérialise par de la dette), ce qui correspond au fait d’avoir reçu davantage que l’on a donné.

      Rien ne dit qu’une dette est un mal pour le bien-être d’une population. En gros, un déficit commercial signifie juste qu’on consomme davantage de ressources que l’on en produit. Donc :

      – Si ces ressources sont dépensées en consommation finale, cela signifie qu’un jour dans le futur il faudra se priver pour rembourser. C’est donc le bien-être du futur qui est mis en cause.
      – Si le déficit commercial permet d’investir, alors certes il faudra rembourser mais on a planté l’arbre qui fera les fruits qui permettront de rembourser.

      Bref, le déficit commercial s’analyse comme une dette. Et son effet sur le bien-être s’analyse de la même façon. Une dette de consommation est neutre en terme de bien-être, elle consiste à renoncer à du bien-être futur pour en avoir plus aujourd’hui. Une dette d’investissement est bonne pour le bien-être si l’investissement est pertinent, et mauvaise s’il est foireux.

      • 

        De même un excédent commercial est comme un prêt. Par exemple avoir un excédent avec la Grèce est totalement stupide, car c’est comme leur prêter de l’argent et ils ne rembourseront pas…

        • 

          J’ai du mal à comprendre.

          – Qui contracte cette « dette » du fait du déficit commercial ? Concrètement, sur le papier, où est-elle inscrite ? Si une entreprise de textile importe du coton mais écoule ses tee-shirt sur le marché national ou étranger, réalisant un bénéfice, je ne vois pas la dette.
          – Vous écrivez qu’il « faudra se priver pour rembourser », mais comment ? En achetant moins à l’étranger parce qu’on (les entreprises ?) a moins de cash en caisse ?
          – Quand vous dites « investissement », ce serait par exemple les nouveaux produits, potentiellement exportables, que l’on aura fabriqué grâce aux importations de matières premières/machines/biens ?

          Désolé pour mon ignorance ; je m’intéresse depuis peu à l’économie et je trouve vos articles passionnants. Merci.

          • 

            - Sur le papier, elle peut prendre la forme d’une dette d’un particulier, d’une banque ou simplement le fait que des résidents extérieurs deviennent propriétaires d’actifs du pays, comme des entreprises ou de l’immobilier. Pour prendre un exemple, lorsque les chinois ont un excédent avec les Etats-Unis, ils accumulent beaucoup de dollars. Ces dollars sont une dette vu qu’un jour les chinois pourront réclamer des biens réels avec ces dollars. Par ailleurs, ils achètent beaucoup de dette publique américaine avec.
            – Il faudra se priver en vendant du patrimoine aux étrangers ou en ayant un jour une balance positive.
            – Oui c’est l’idée. Soit vous avez importé directement des biens capitalistiques, soit vous avez importé des biens de consommations, ce qui vous a permi vous même de vous concentrer sur la production de biens capitalistiques. Un gros problème est quand les investissements réalisés ne génèrent pas de richesse exportable (par exemple l’achat de maisons).

            Vous pouvez avoir des explications plus simples ici :http://theoreme-du-bien-etre.net/2012/10/23/france-allemagne-la-cigale-et-la-fourmi/

        • 

          Merci pour la réponse acrithène . :)

      • 

        Oui. Une importation se traduit en un échange de devises vers le pays exportateur. Or de la monnaie qu’on possède ce n’est jamais qu’une dette qu’on a sur l’Etat qui émet cette monnaie.

  4. 

    la zone euro dans son ensemble importe massivement des produits de meme gamme avec l`euro fort , le fait que les exportations intra muros europe sont en baisse , car les produits a monnaie faible ont remplace en parts de marche des produits en euro fort , c`est extremement reducteur de ne pas parler des imports avec une monnaie forte , l`UE est un continent ouvert ultra liberal et sa monnaie aussi, soumis aux imprimantes du reste du monde , cela fera 6 ans que cela dure au seul benefice de l`allemagne , on se rappelle de l`euro de trichet a 1, 61 et personne n`avait rien dit , c`est effarrant. on importe tout , les produits locaux sont trops chers .

  5. 

    l`excedent commercial est problematique en temps de recession , cela prouve que les usines ne tournent plus , donc pas d`imports de matieres premieres , moins d`imports aussi de produits de consommation , donc chute de consommation due au chomage et recession, le peu d`export fait excedent c`est juste une explication technnique.

  6. 

    article incroyable !

    le franc dévalué par rapport au mark protégeait l’industrie francaise

    aujourdhui la france a la meme monnaie que l’allemagne PREMIER EXPORTATEUR MONDIAL pendant que l’angleterre les etats-unis le japon jouent A FOND la carte de la devaluation et de la monetisation

  7. 

    les 60% sont les imports des produits de meme gamme que la france de la zone dollar par les partenaires . voilà . parlez des imports , là est le suicide economique du a l’euro fort…d’imports, pas que la france mais tous en UE

Trackbacks and Pingbacks:

  1. Déficit commercial : pourquoi l'Euro n'est pas coupable | Contrepoints - février 17, 2013

    […] Sur le site de l'auteur […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s